[PICTURAMA] SERIAL STEPPERZ QUARTET :: MOTHERLAND【FRANÇAIS / ENGLISH】

**Les photos sont à la fin de l’article. Je sais que certains d’entre vous n’aiment simplement pas lire… Pictures are at the end of the post. I know some of you simply don’t like to read…**

⬇English below

❏ MOTHERLAND…

guillemet-ouvrant1 Cofondateur du Collectif Serial Stepperz, Ousmane « Baba » Sy poursuit avec Motherland, une création chorégraphique pour 4 interprètes, une démarche personnelle influencée par ses voyages dont un retour en Afrique. Largement entamée à travers son parcours en compagnie (Wanted Posse), cette recherche s’étoffe pour Motherland par un travail sur le lien entre la gestuelle développée singulièrement par quatre interprètes et l’influence de leurs rapports à l’Afrique.

Fusionnant aux sonorités actuelles, les accents de l’épopée Mandingue, des chants de la Santeria ou des chœurs d’Afrique du Sud, l’Afrique est portée comme un socle fondateur à travers notamment l’approche du rapport aux sources, du regard sur les Amériques et sur l’environnement urbain. Offrant ainsi une lecture originale de leur esthétique chorégraphique, les membres impliqués de Serial Stepperz ont certes baigné dans un hiphop né Outre-Atlantique sans pour autant éluder leurs propres racines.

guillemet_fermant

✎✎ MICRO REPORT

Eh oui, il y avait les reports, puis les mini reports… Maintenant voici le format « micro »… Mais où va le monde ?? (-_-)zzz  :

~Vendredi matin, 7h30, réveil catastrophique.

T’as l’impression que tes paupières sont en papier crépon et que tes yeux crâment littéralement à la lumière du jour.

Malgré tout, il faut taper un sprint à la Usain Bolt – le dernier de la semaine, heureusement – pour chopper ton bus et entâmer gaiement ta journée de dur labeur.

~Vendredi soir, 18h00, l’appel de la couette.

L’événement se déroule à Chelles, un des viviers du bboying français, la ville des mes années lycée. Mais quand la journée se termine, il n’y a plus de nostalgie qui tienne : tu n’as qu’une envie, c’est de retrouver ton lit bien chaud… Mais non! Tu dois traverser toute l’Ile de France, affronter le RER, l’automne, la pluie, le vent, les feuilles mortes qui jonchent les trottoirs et sur lesquelles tu risques de glisser si tu fais pas attention…

Et puis vient Motherland… En un mot: wow!

Envolés, les chichis; oubliée, la fatigue…

T’es content d’être là, d’assister à ce spectacle frais et pêchu. Tu sens le rythme s’emparer de ton corps; c’est un peu cliché, oui, mais pourtant vrai. Le timing est bon: le dosage entre les passages « agressifs », les passages « doux », les solos, les duos, est à point. Du coup, les yeux bien ouverts, tu épies le moindre mouvement et reste attentif au moindre changement de décor (son, lumière, …).

Par ailleurs, le contraste entre tradition et modernité, que ce soit dans la danse ou dans la musique, est harmonieux et fait plaisir à voir.

Et pour l’encore (le rappel), cerise sur le gateau : Mamson, Babson, Kapela et Malcolm s’éclatent littéralement sur scène, ça se sent et ça se voit. Cette joie est communicative, ça va au delà de la danse… 🙂

Difficile de mettre des mots sur cette sensation… Cela m’a fait penser à la finale House du Juste Debout 2012: le battle se termine pour laisser place à un moment d’échange et de partage… Sous l’oeil ébahi (euphorique?) du public…

PS:  ce soir-là, la compagnie CHOREAM a ouvert le spectacle avec la création Babylone, une sorte de satire dansée de la décadence de la société de consommation actuelle. Une belle composition mais en toute honnêteté, j’ai été moins sensibles aux touches contemporaines qu’il y avait dans le style chorégraphique.

.

– English –

.

❏ MOTHERLAND…

guillemet-ouvrant-bleu Ousmane « Baba » Sy is co-founder of Collective Serial Stepperz. With Motherland, a choreography for four performers, he develops a personal quest influenced by his travels to his roots: Africa. On an artistic level, Baba is strongly influenced by his work with company Wanted Posse; for the creation of Motherland, he explores the gestures of each single dancer and their personal relation to Africa. 

Merging with a modern touch, the accents of the Mandingo, the songs of Santeria or the choirs from South Africa, Africa is brought as a founding base through the comparison to sources, the look on the Americas and the urban environment. Offering an original interpretation of their choreographic aesthetic, Serial Stepperz involved members have certainly bathed in an american born hiphop born but they do not forget their own roots.

guillemet_fermant-bleu

 

✎✎ MICRO REPORT

There were reports, then mini reports… Now, here is the « micro » style… Where is the world going ?? (-_-)zzz  :

~Friday morning, 7:30, catastrophic waking up.

You feel your eyelids are like crepe paper ad your eyes are literally burning when they meet the sunlight. 

Despite that, you must do an Usain Bolt sprint – the last of the week, fortunately – in rder to catch the bus and happily start a day of hard work.

~Friday evening, 6:00, the blanket call.

The event takes place in Chelles,  one of the breeding ground  of french b-boying, the city of my highschool days. But once the day is over, nostalgia does not apply : all you want is to get back to your warm bed… But hell no! You have to cross all the Paris area, fight the train, the autumn, the rain, the wind, the dead leaves all over the sidewalk on which you might slip if you’re not careful enough…

And then comes Motherland… In a word: wow!

Good bye, fuss; so long, fatigue…

You’re happy to be there and attend this fresh and punchy show. You feel the rhythm take over your body; it’s a bit cliché, but so true. The timing is good: the balance between « agressive » parts, « smooth » parts, solo parts, duet partsare on point. Therefore, with eyes wide open, you watch the slightest move and remains attentive to the slightest change of scenery (sound, light, …).

The contrast between tradition and modernity, whether in dance or music is smooth and a pleasure to see.

And for the encore (= the recall), it’s the icing on the cake: Mamson, Babson, Kapela and Malcolm are really having fun on stage, you can feel it, it shows. This joy is contagious, it goes beyond the dance … 🙂

Hard to put words on this feeling… It reminds me of the Juste Debout 2012 House Final: the battle ends, giving way to a moment of exchange and sharing … Under the astonished (euphoric?) eye of the public …

PS:  that evening, the company CHOREAM opened the show with the creation Babylon, sort of a danced satire of the decadence of nowadays consumer society. A beautiful composition, but in all honesty, I was less sensitive to the contemporary touches that was in the choreographic style.

.

Et maintenant, quelques photos (cliquez pour agrandir):

And now, a few pictures (click to enlarge)

.

Publicités

Leave a comment :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s