[REPORT] TOP 2 THE FLOOR 2013

Allez, une p’tite équation… Pas de panique, elle est simple celle-là (en tout cas, moins pire que ça )

Equa

Réponse: battle Top 2 The Floor, 2ème édition!

 

Plus explicitement, cet événement est en quelque sorte la fusion entre le JUSTE DEBOUT, rendez-vous incontournable pour les danseurs debout  et le CHELLES BATTLE PRO, dédié aux b- boys.

Z’avez toujours pas compris? Allez si besoin faire un tour sur mon petit lexique (qui est plus qu’incomplet mais ces deux entrées y sont, c’est votre jour de chance!) et en bonus, voici un petit descriptif de la manifestation:

guillemet-ouvrant1

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, Top 2 the Floor est la symbiose de deux évènements reconnus dans leur discipline respective du Juste Debout et Chelles Battle Pro.
Elle se déroulera dans le cadre médiéval du château de Blandy qui vibrera de l’énergie débordante du hip hop.

L’enceinte médiévale diffusera le son des platines de DJ Cléon et le live du groupe tchèque Champion Sound aux samples très groove.

guillemet_fermant

Enfin « bonus »… C’est pas comme si c’était d’une gloire suprême de faire un copier/coller, mettre en italique et ajouter des guillemets… Plus d’infos ici: Hoptimum 77

Donc, TOP 2 THE FLOOR , un événement particulier à bien des égards, mais les aspects qui méritent vraiment d’être mis en lumière sont:

  • la mixité des équipes:

« Mixité des équipes? Euh, comment ça… Une fille et un garçon? Un Blanc et un Noir? Un gros et un maigre?… »

Non, non, rien de tout ça… Enfin, pas vraiment. La mixité qui nous intéresse vient de l’association popper (danseur « debout ») et b-boy (danseur « au sol »), chose rare en duel par équipe.

  • le cadre:

Les événements de danse hip hop se déroulent généralement dans des salles de spectacle, des théâtres ou encore des gymnases. Là, le lieu est vraiment atypique… On est dans un château, bordel de merde DIANTRE!

Bien que l’événement se soit déroulé sur 2 jours, je n’ai assisté qu’aux phases finales du dimanche 15 septembre, donc, voici ce que je peux en dire:

J'aime J’AI BIEN AIME

1. L’ATMOSPHERE GENERALE: UNE SENSATION DE LIBERTE

Je ne suis pas claustrophobe. Mais c’est en pénétrant dans l’enceinte à ciel ouvert du château et en voyant l’herbe verdoyante que je me suis rendue compte du côté apaisant qu’il y avait sur place, à l’instar des lieux fermés et bondés, où il fait sombre. C’est pas pour me plaindre ou pour critiquer, parce que c’est bien pratique d’avoir une salle chauffée quand il fait 0°C dehors et qu’il pleut, mais disons que le contraste est plutôt saisissant.

Ensuite, il y a l’agitation tranquille des gens. Encore un concept que je viens de créer spécialement pour l’occasion… En clair, il y a ceux qui donnent des cours de danse; ceux qui en prennent. Il y a ceux qui s’entrainent; ceux qui les observent. Il y a ceux qui jouent de la musique; ceux qui les écoutent. Il y a ceux qui font des photos; ceux qui posent. Il y a les petits qui se font courser par leurs grands frères qui se font eux mêmes courser par leurs parents. Il y a le maitre de cérémonie que tu entends parler au micro; mais impossible de savoir où il se trouve (où est Charlie-Youval?)… Et voilà, tout ce monde fourmille dans tous les sens, mais bizarrement, c’est pas le bazar.

Une fois de plus, ce n’est pas pour critiquer les salles mais bien souvent, on s’y retrouve « emportés par la foule qui nous traîne, nous entraîne, écrasés l’un contre l’autre, nous ne formons qu’un seul corps♪ »... Dans ma vie, j’ai dû en mettre des coups de pieds dans les tibias pour me frayer un passage, hélas! j’déconne 😛

Enfin, l’accessibilité. Déjà, tu peux te planter presque n’importe où, tu as vue sur tout ce qui se passe en un tour de tête…

The_Exorcist_1973_720p_BrRip_x264_bitloks_YIFY_01_large
Pas ce genre de tour de tête. Restons des Humains normaux de la vraie vie qui existe

Aussi, tu peux aller et venir comme bon te semble… C’est pratique pour prendre des photos de différents points de vue (encore ne faudrait-il pas râter ses clichés), pour discuter avec les participants (encore ne faudrait il pas être pris d’un accès de timidité sévère) ou simplement pour savoir ce qu’il se passe. Bref, du pain béni pour la reporter qui sommeille en moi!

Et comme à mon habitude, j’observe le peuple: les p’tits jeunes stylés, enfin presque, parce que j’ai des doutes sur l’association baggy+sweat capuche+ bottes en caoutchouc + casquette floquée « WATI B. »… Des tout petits avec des paquets de bonbons à la main, ce qui n’a pas manqué de me donner quelques idées maléfiques >:-D… Popping Sasa, qui retire tout juste ses lunettes de soleil et OH MON DIEU!!… Quel est donc ce regard de braise à tomber par terre?? Et je profite également de cet instant pour déverser intérieurement ma haine sur les photographes sur-équipés.

.

2. LES ACTEURS PRINCIPAUX

❖ Le speaker, Youval, sa pêche et son sens de l’humour! Je vais pas vous ressortir toutes ses blagues parce que quand j’essaie de restituer une blague qui m’a fait me tordre de rire, je tombe dans ça:

bush-fail
Eh ouais, le grand moment de solitude

Mais je retiendrais simplement la séquence « Brandon »: un garçon d’une dizaine d’années a été désigné au hasard pour tirer au sort l’ordre du déroulement des battles. Avec ses cheveux blonds, ses yeux bleus, ses fringues stylées, Youval l’a baptisé « Brandon l’américain ». Voilà. (Je ne le vois pas mais je le sens… Je sens que, derrière vos écrans, vous êtes de marbre et que vous vous demandez « oui et? Elle est où la blague? ». C’était ça la blague. Fail.)

Ou alors le petit speech de présentation qu’il a fait sur MonstaPop, le popper pas trop Français mais pas vraiment américain (c’est un Canadien), qui suit une belle carrière, à la Céline Dion mais contrairement au Titanic, il ne faudrait pas qu’il rencontre un iceberg sur sa route…

❖ Les musicos, Champion Sound, le live band venu de République Tchèque. En accompagnement des DJ, ça donne un bon cocktail…

❖ les danseurs, qui ont délivré un beau spectacle, une belle énergie.

La particularité de ce battle (en sus de celles déjà citées) est que les équipes b-boy/popper ont été formées la veille. Donc a priori, les binômes étaient constitués de gens qui ne se connaissaient pas et/ou n’avaient pas eu un laps de temps suffisant pour s’entrainer ensemble. [Pour ceux qui ne sont pas familier avec les battles par groupe, l’alchimie entre les membres a une importance considérable. Enfin, je ne sais pas si « considérable » n’est pas un mot excessif, mais disons (et c’est mon avis) que le manque de cohésion se ressent de suite, surtout quand les adversaires font preuve d’une belle symbiose.]

Sur cet aspect, j’ai particulièrement aimé le duo b-boy THIEU et Popping SASA. Je ne dis pas ça parce que Sasa, malgré sa coupe de cheveux douteuse, a des fossettes à faire fondre un glacier et des yeux a donner le tourni… mais vraiment parce qu’ils étaient complémentaires et on sentait qu’ils étaient « dedans » en tant que duo.

De même, b-boy Mew et Popping Ness représentaient un binôme qui fonctionnait bien…

Toujours sur l’aspect alchimie, j’ai relevé et apprécié l’échange qu’il y a eu entre Ness et MonstaPop, pourtant adversaires. J’aime quand les danseurs poussent le battle au point que ça devienne un dialogue artistique. L’un fait un mouvement, l’autre le récupère puis enchaine, bref, il y a du répondant de part et d’autre, chacun joue le jeu, c’est vraiment génial.

Sinon, en dehors du battle, j’ai vraiment apprécié le partage qu’il y a eu entre les danseurs à la fin, genre « ah ouais et comment tu fais ce mouvement? » ou alors le concours de freeze entre poppers… Que ce soit des danseurs confirmés, reconnu, pro, non pro, sous les projecteurs ou alors des étoiles montantes. Que ce soit des jeunes aux mouvements hésitants ou des « vieux » au sommet de leur art, si je puis dire…

Et oui, je m’épanche beaucoup moins sur la partie battle, qui est pourtant le sujet principal, mais qui a dit qu’il fallait des mots pour s’exprimer? Le visiorama est votre ami… (parcontre, j’ai pas de matos de compét’ donc soyez indulgent sur la qualité)

J'aime pas J’AI MOINS AIME:

Quitte à organiser un événement dans un château fort, pourquoi ne pas pousser le délire au max?

Ils étaient où les sandwichs au sanglier et les canapés au faisan à la buvette?

Et les gens dans les remparts, là, au lieu d’être comme ça les bras ballants, pourquoi ne pas s’être équipés d’arc et de flèches, afin de tirer sur le binôme perdant à chaque confrontation?

Et, tant qu’à faire, les danseurs auraient pu venir en cote de maille…

Bon, sérieusement, la seule chose que je n’ai pas appréciée est probablement la météo: il ne faisait pas trop moche mais un petit peu froid à mon goût… Voilà, fallait bien trouver quelque chose, de ma vision de spectatrice… Parce que j’imagine que quand on bascule du côté obscure de la force organisationnelle, c’est un tout autre point de vue. Je ne compte pas faire plus de théories et de suppositions sur des aspects que je ne connais pas, mais du Hip Hop dans un château fort, c’est un sacré pari…

.

On termine par l’incontournable visiorama:

 

 

Publicités

2 réflexions sur “[REPORT] TOP 2 THE FLOOR 2013

Leave a comment :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s