[REPORT] BATTLE BAD 2013 – partie 1

Aujourd’hui, c’est samedi, y’a de la pluie, le ciel est gris, les chats aussi… bref, toutes les conditions sont réunies pour une session de compte rendu d’événement, juste le temps de rassembler le matos: un paquet de granolas, un mug de thé bien bouillant et mon ordinateur. Let’s go!

Samedi dernier avait lieu le battle Bad, à Sarcelles dans le 95. Hum… Une semaine pour débrieffer d’un événement, c’est ce que j’appelle de l’info en temps irréel. Enfin bon, comme on dit, mieux vaut tard que jamais quoique que si on considère qu’en France, « il y a plus d’événements hip hop que de danseurs », je vais vite être dépassée à ce rythme…

Cette année, c’était la 6ème édition mais la première à laquelle j’assistais. La liste des guests était si alléchante que je n’avais pas d’autres choix que de décoller mes fesses de mon clic-clac, sortir de ma routine tricot-verveine-camomille et dégainer le pass’ navigo . (passe abonnement transport en IDF, ndlr)

La présence de popping Seen – le mentor de Kei – en tant que juge et de popping Hoan – le jeune coréen qui claque tout- en tant que guest , a vraiment éveillé ma curiosité d’une part et scellé ma motivation d’autre part.

Mais même sans les « têtes  d’affiche», le principe même du battle était accrocheur : 8 danseurs challenger, issus d’une présélection par catégorie, devaient affronter une liste d’invités plus ou moins surprise. Vous pouvez lire >ici< pour plus de détail.

Acte 1: les préselections

❖Tout d’abord, le popping❖

En toute franchise, je n’ai pas trouvé cette étape très transcendante. C’était intéressant, le niveau était bon, il y avait de la participation féminine ce que je salue mais globalement, ça ne m’a pas mis comme ça:

Totalrecall-BAD

D’un autre côté, il faut avouer que:

  • j’étais en retard donc j’ai loupé le début ➔ je n’ai vu qu’un échantillon des participants
  • j’étais en retard donc je me suis retrouvée tout derrière ➔ j’avais la haine de rien voir!
  • j’étais en retard parce que levée à la bourre parce que trop fatiguée ➔ j’étais encore dans le gaz

En résumé, je ne suis pas sûre de mon objectivité.

J’allais foutre le camp lorsque quelques personnes sont parties, libérant ainsi quelques places tout devant. Impec’, je me fraye un passage, je m’assois et installe mon « bureau » : bloc-note et stylo à ma gauche, appareil photo à ma droite, bouteille d’eau devant moi, sac sur les genoux.

Le speaker, Playmo, annonce les sélections break à venir, ce qui me laisse une pause de 5 min, pour mater les gens. J’aime bien regarder les personnes autour de moi pendant ce genre d’interlude, que ce soit les danseurs qui bougent sur la musique ou alors les amoureux du hip hop, les photographes, les badauds… J’observais ce petit ballet l’œil amusé, jusqu’à ce qu’un coup de genou reçu sur le crâne me fasse redescendre sur terre. Là, je me retourne en mode Tupac Shakur mais aucune violence n’a été nécessaire vu que le gars s’est excusé direct, en plus c’était un breaker sympa, poli,… Et mignon.

❖ Pour la suite, le break et le hip hop ❖

Je regroupe les 2 catégories parce qu’au final, pour ce jour de présélection, je n’ai rien à dire à part que le niveau était bon, que j’ai vraiment été éblouie par le break bien que ce ne soit pas ma tasse de thé à la base…

Coup de cœur en break : le DJ, Alpach, qui balançait des sons monstrueux. Je ne connais pas trop les DJ, tout style confondu, mais là j’ai vraiment bien kiffé ses sons. Aussi, le Bad Trip Crew, qui s’est vraiment illustré sur tout le week end. D’un côté, ils étaient venus en force donc je ne pouvais pas ne pas retenir leur nom mais des plus petits aux plus âgés, ils ont une patate ces mecs, franchement ils envoient… C’est fluide tout en étant travaillé, technique et parfois théâtral…

Coup de cœur en hip hop : Bah le hip hop français, vous-même vous savez, y’a du lourd, que ce soit dans les vieux de la vieille ou dans les jeunes générations. Je n’ai pas retenue quelqu’un en particulier cependant.

Voilà. C’est un peu léger comme compte rendu de présélection, hein ? Mais pour aller plus loin, je vais partager avec vous les questions existentielles que je me pose quand j’ai du mal à suivre ce qui se fait au centre de la scène et que mon esprit décroche :

  1. moi qui suis habituée aux battles de danse debout, j’ai constaté qu’il était bien dangereux de se mettre trop près de la scène lors du break ; un coup de pied dans les dents est vite arrivé… D’ailleurs, Playmo a dû lire dans mes pensées parce qu’à l’instant où je me faisais cette réflexion, il annonçait au micro de se reculer.

  2. Pendant l’interlude entre le popping et le break, les danseurs s’étaient regroupés autour de la scène pour s’entrainer. Je ne voyais plus rien derrière cette forêt de jambes (j’étais assise, eux debout) mais je sentais que le vent s’était mis à souffler d’un coup, genre « ah, quelqu’un a actionné un ventilo ? ». Bien non, ce n’était ni un ventilo, ni un climatiseur, juste un bboy qui tapait une coupole force 8 sur l’échelle de Beaufort. Les bboy-éoliennes, nouveau concept.

  3. La qualité et l’efficacité d’un breaker (et même de tout danseur en général) sont souvent inversement proportionnelles à sa beauté physique et à la swaggité de sa sape. Voilà. Un mec chelou mal fagoté peut tout déchirer donc ne vous faites pas surprendre comme moi…

  4. Est-il pertinent de relever les fautes d’orthographes dans les blazes de groupes ? Non parce qu’on connait les déformations de style (par exemple –tik à la place de –tique ; -oo à la place de –ou ; -ee à la place de –i…). Mais les fautes, les vraies ? Je suis plutôt tolérante sur les fautes mais dans les blazes? C’est un peu l’image de marque donc ça me fait bizarre…

Belle première journée, à base de bonne humeur, de petits et de grands, de gens qui dansent à tous les recoins de salle, de défilé incessant de baskets trouées/déchirées/déglinguées (on voit ceux qui bossent… c’est pas comme moi avec mes blazer vertes fluo qui brillent dans la nuit…). Mais je suis partie avant la fin, entre autres parce que mon estomac devenait menaçant…

Le visiorama de cette première journée:

Acte 2: les phases finales

Coming soon! Coming très soon d’ailleurs, parce que mon stock de granola s’est bien vidé, ça sent pas bon tout ça… :-/

EDIT: voici la partie 2

.

Woodyni, granolo blahnik

Publicités

2 réflexions sur “[REPORT] BATTLE BAD 2013 – partie 1

Leave a comment :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s